dimanche 6 janvier 2019

D'encre, de verre et d'acier tome 1 de Gwendolyn Clare

D'encre, de verre et d'acier tome 1, de Gwendolyn Clare
En s'armant d'encre et de papier, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts des univers entiers. Il suffit, pour accomplir ce miracle, de respecter les règles complexes d'une nouvelle discipline, la scriptologie. Mais lorsque des êtres humains apparaissent pour la première fois sous la plume d'un scriptologue, c'est la révolution. Jumi da Veldana et sa fille Elsa, à la tête des insurgés, parviennent à leur tour à percer le mystère de cette science et à reprendre le contrôle de leur petit paradis à son créateur.
Cependant leur bonheur ne dure pas : Jumi, qui cache un noir secret, est enlevée sous les yeux de sa fille. Elsa est donc contrainte de s'aventurer dans le monde réel pour retrouver la trace de sa mère. Des canaux d'Amsterdam aux rues de Pise, elle finit par trouver refuge dans un "asile de fous", une institution fondée par une organisation scientifique baptisée l'ordre d'Archimède. Là, scriptologues, alchimistes et mécaniciens peuvent étudier et travailler à l'abri des persécutions. L'endroit est aussi un pensionnat réputé, dont les élèves observent la jeune inconnue avec beaucoup de curiosité. Parmi eux se trouve Leo, un mécanicien de génie dont la rencontre avec la nouvelle arrivante fait vite des étincelles. Commence alors une attente interminable, l'aide promise par l'ordre tardant à se concrétiser. Elsa finit donc par prendre les choses en main, et ce n'est pas peu dire. Car la jeune fille, elle aussi, dissimule un lourd secret...
  • Auteur : Gwendolyn Clare     |     Editeur : Lumen
  • Genre : Jeunesse/Fantastique/Aventure     |    Langue : Français
  • Date de parution : 03/     |     Nombre de pages : 467
Ce livre m’a intrigué dès sa couverture, et j’avoue n’avoir lu le résumé qu’en diagonale avant même de me lancer. Et malgré des hauts et des bas, j’ai aimé ma lecture.

En effet, le début de ma lecture fut un peu chaotique. J’ai eu du mal à entrer dans le récit, à cause des trop nombreuses informations qui nous sont données sans réelle explication. On est en lancé directement dans l’histoire et j’avoue qu’il est un peu compliqué de comprendre. Ca s’arrange par la suite, bien sûr, mais c’est, je trouve, un peu lent et long à démarrer. Puis, passé les 200 premières pages, ça devient de suite plus passionnant et nous donne une histoire qu’il ne faut pas rater !

Nous rencontrons donc Elsa, une jeune femme vivant à Veldana. Mais, la grande particularité de ce monde, c’est qu’il a été entièrement créé par un être humain sur Terre.
En effet, le talent de scriptologie permet aux humains de faire naitre des mondes entiers. Mais un scriptologue a réussi à créer des êtres vivants dans un de ces mondes, Veldana. Elsa et sa mère Jumi ont développé le talent de scriptologue, prenant le contrôle de leur propre univers pour le sauver.
Mais quand Jumi se fait enlever, Elsa n’a pas d’autre choix que de se rendre dans le monde réel pour la retrouver et protéger son secret.

Ce qui m’a le plus plu, c’est la thématique principale de ce roman : les pazzerellones, c’est-à-dire les « aliénés », des personnes douées dans un des trois domaines suivants : la scriptologie, l’alchimie ou la mécanique. Si les deux derniers restent plutôt basiques, la première est une aptitude de grande importance. Et il existe également les polymathes, dont je ne dévoilerais pas le secret ici.

Toute cette histoire se déroule majoritairement en Italie, dans un contexte politique plutôt tendu. Cela va compliquer la tâche d’Elsa, d’autant qu’elle se retrouve, malgré elle, mêlée à tout cela.
Elle n’est pas seule dans sa quête, bien entendu. Elle rencontre à Pise trois jeunes « aliénés », à savoir Porzia, Faraz et Léo. Si chacun de ces personnages est intéressant, je regrette qu’ils ne soient plus détaillés. On a du mal à s’identifier à eux. La seule qui est très présente dans l’histoire est bien évidemment Elsa, mais je l’ai trouvé assez souvent agaçante. Léo est lui aussi pas mal présent et plutôt intéressant. Par contre, Porzia et Faraz sont un peu trop en retrait à mon goût, et j’espère que cela s’arrangera par la suite.

En tout cas, malgré quelques défauts, j’ai beaucoup aimé ce livre et je le conseille sans problème. Il nous présente un univers peu commun qui peut se révéler très surprenant dans le tome 2, que j’ai hâte de lire !

Karine N.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire