vendredi 12 février 2016

Fans de la vie impossible de Kate Scelsa

Fans de la vie impossible, de Kate Scelsa
partenariat Gallimard
CES AMITIÉS QUI VOUS CHANGENT À JAMAIS.

Pour Jeremy, passionné d'art, ancré dans sa solitude, c'est comme s'il avait toujours attendu Sebby à la minute où ils se rencontrent. Et Mira, qui a tant de mal à quitter son lit, ne se sent véritablement vivante que lorsqu'elle est avec Sebby, l'ami solaire et écorché.

Ensemble, ils n'ont plus peur. Ensemble, ils ne sont plus seuls. Mais la vie ne les épargne pas. Et les tentations destructrices sont là... S'aimer suffira-t-il à les sauver?
Trois adolescents déterminés malgré tout à vivre pour le meilleur, pour l'impossible. Un roman affranchi et émouvant qui ose évoquer sans détour l'homosexualité, le désir et le mal-être adolescent, avec une justesse poignante et beaucoup de tendresse.
  • Auteur : Kate Scelsa     |     Editeur : Gallimard (coll. Scripto)
  • Genre : Jeunesse     |    Langue : Français
  • Date de parution : 25/02     |     Nombre de pages : 368
Bien que la couverture ne m’inspirait pas vraiment, le résumé lui me tentait assez. J'ai donc profité d'un moment libre pour en commencer la lecture.

Cette histoire ne suit pas un seul héros mais trois, trois adolescents en perte de repères, qui se cherchent et aimeraient une vie meilleure.
Au lieu d'un point de vue extérieur, l'auteur a opté pour une alternance chapitre après chapitre des narrations de Mira, Jeremy et Sebby, les trois protagonistes. Exercice d'autant plus ardu qu'il faut du coup adapter la narration aux personnages pour que les lecteurs sentent qu'ils sont différents les uns des autres.

Nous faisons donc face à trois personnages intéressants, bien qu'ils ne se dévoilent que tout doucement. On apprend à les connaitre et on découvre qu'ils ont tous un passé difficile qu'ils essaient de surmonter.
Après un très court chapitre très mystérieux, c'est Jeremy qui ouvre le bal de cette histoire. Il entame une nouvelle rentrée scolaire au lycée et cela l'empli de stress. Avec un point de vue à la première personne, nous découvrons ce timide passionné d'arts qui s'est coupé des gens depuis l'évènement qui a ruiné sa précédente année scolaire : il a été la victime d'insultes et de moqueries. Il aimerait se refaire des amis, mais son passé et sa timidité le freine.
Mira fait également sa rentrée, dans la même école que Jeremy. Nouvelle école pour elle, c'est un calvaire d'aller en cours. Elle a la santé fragile, elle souffre de crises d'angoisse, de fatigue chronique et surtout se trouve grosse et idiote. Cette mauvaise image d'elle-même l'ont poussé à aimer la mode et à se créer des looks personnalisés, pour aimer ses vêtements à défaut de son propre corps. Sa narration est à la 3ème personne.
Sebby est le meilleur ami gay de Mira. Extravagant et à la personnalité assez spéciale, il vit en famille d'accueil depuis la mort de sa mère. On sent vite qu'il est le rayon de soleil dans la vie de Mira. Ses chapitres bénéficient d'une narration particulière, à la 2ème personne. Sebby vole beaucoup de choses pour avoir un peu d'argent, il a des relations éphémères avec des hommes (notamment un certain Sam). Il ne va plus en cours et se considère comme un looser ne méritant rien de bien.

C'est grâce à la création d'un Club d'Arts, que Jeremy doit diriger pour le faire interagir avec les autres, que ce dernier rencontre Mira et Sebby. On sent bien vite que ce sont trois personnages malmenés, en souffrance et qui ont besoin d'aide. Entre les problèmes familiaux, la solitude, le passé, le mal-être, etc., autant dire que nos trois héros souffrent beaucoup. Leur rencontre marque un tournant dans la vie.
Le trio va tenter de sublimer leur vie, de la voir du bon côté, pour retrouver le bonheur qu'ils ont oubliés. Outre leur nouvelle amitié, leur reconstruction passe par des "rituels magiques", des paillettes et des escapades pour réparer leur vie. Mais malgré tous les efforts du monde, il y a toujours des épreuves à surmonter dans la vie.
Nos héros rencontrent des soutiens inattendus : leur famille (bien qu'ils pensent le contraire), mais surtout Peter, prof de littérature qui a aidé Jeremy à surmonter ses problèmes l'année précédente, et qui a à cœur le bien-être de ses élèves.

Fans de la vie impossible, c'est en quelque sorte une fresque humaine, adolescente, qui nous montre ce qui arrive aux jeunes qui ont des problèmes et son mis à part.
Le style est fluide, agréable et rapide à lire. Il n'y a pas forcément d'intrigue, d'action à proprement parler, mais malgré ça l'histoire avance assez vite. On a une ambiance jeune, on se retrouve tout à fait dans un univers d'adolescents, avec l'amitié, les problèmes entre jeunes, la jalousie, les amours, l'orientation sexuelle, etc.
Le roman est composé de plusieurs parties. La première présente la rencontre des personnages qui apprennent à se connaitre et s'attachent. La seconde c'est l'amitié et les sentiments qui se renforcent, mais aussi la rechute qui n'est pas loin pour certains. Quant à la troisième... C'est la conclusion, la chute et la compréhension.

Pendant un long moment, on croit qu'ils vont pouvoir s'en sortir et retrouver une vie normale. Puis l'un des trois se met à sombre de plus en plus vite, et on se met peu à peu à craindre le pire. Et au final, on a presque raison. Le bonheur recherché n'est pas tel qu'il était espéré, et les blessures de la vie ne peuvent pas toutes être guéries. C’est une chose que tous les trois doivent réaliser pour pouvoir avancer dans la vie.

Je conclurai en disant que c'est un très beau roman qui aborde clairement des problèmes récurrents chez les adolescents, des problèmes qui ne sont pas toujours écoutés et qui peuvent causer de graves dégâts.
Kate Scelsa a su très bien retranscrire tout ça et nous offre un roman émouvant et touchant. A ne pas rater !

Karine N.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire