jeudi 11 avril 2013

Troubles de Jennifer Provins

Troubles, de Jennifer Provins
EN PARTENARIAT AVEC L'AUTEURE QUI M'A ENVOYÉ LE LIVRE
-coup de foudre-
Condamnée à tort pour un meurtre qu'elle n'a pas commis, Clara se retrouve internée à l’hôpital Saint-Etienne, une prison psychiatrique dont on ne ressort pas. Dès son arrivée, on lui ôte tout ce qui fait sa personnalité : sa vie, ses affaires, son nom, sa liberté entière, à la place de laquelle on lui décerne un numéro. Mais #2432 n'est pas seule. Tout au fond d'elle, emprisonnée entre les murs de son esprit se dissimule un monstre, son autre moitié, Carla...
  • Auteur : Jennifer Provins     |     Editeur : auto-édition, financé par My Major Company
  • Genre : Angoisse/Psychologie     |    Langue : français
  • Date de parution :     |     Nombre de page(s) : 197
(procurez-vous le livre ici, ou en demandant à Jennifer directement sur Facebook, par message privé)

Il y a des histoires qui nous marquent dès la première lecture, et qui ne nous quitte plus ensuite. Quelques années après ma première lecture de Troubles sur skyrock, c’est un très grand plaisir de retrouver ce récit en version papier. Et une chose est sûre, je suis toujours aussi fan du roman de Jennifer. (Et en plus, la couverture est vraiment sublime, je l'adore !)

Ce roman, c’est une histoire psychologique empli d’angoisse et de souffrance, teintée d’une note futuriste de par le fait que ça se passe au XXIIIème siècle. L’hôpital psychiatrique est toutefois « ancien », dans le sens où il serait plutôt de notre époque actuelle. J’ai trouvé ça intéressant le fait de situer un bâtiment de « maintenant » dans une époque du futur. Ça donne une autre dimension au texte même si une fois Clara enfermée, on a moins de détails futuristes mais simplement des références qu’elle fait sur le fait que, par exemple, elle n’a jamais vu de jeu de cartes en papier, hormis en vitrine.
Cette prison est soumise à de nombreuses règles qui, si quelqu’un les transgressent, ce quelqu’un sera sévèrement puni. Par exemple, une fois qu’un numéro est attribué à Clara, elle n’a plus le droit de dire son nom. Elle est ainsi dépouillée de sa vie, de son identité, en plus de sa liberté. Mais cette règle n’est malheureusement pas la seule de ce lieu. Ainsi, il est obligatoire de se présenter aux trois repas par exemple, de même qu’il est interdit de se promener la nuit. Cet hôpital fait vraiment froid dans le dos. Il est effrayant et troublant en même temps, à l’image des pensionnaires qui s’y trouve. Franchement, je n’aimerais pas y entrer.

La trame principale de ce texte, c’est la relation entre Clara et Carla, qui est assez houleuse, bien qu’on voie assez vite qu’elles sont très liées. Toutes deux ne pensent qu’à une chose : s’enfuir. Mais alors que Clara reste plutôt passive quant à cette envie, Carla elle prend les choses en main et organise tout. L’action est présente par épisode, mais fini par monter en flèche dans les derniers chapitres. C’est à l’image de la tension qui augmente au fur et à mesure, nous serrant la gorge et nous faisant nous demander comment tout cela va bien pouvoir se terminer.

On plonge très vite dans les tourments de Clara, et dans l’ambiance glauque et oppressante de ce récit. En même temps, on découvre aussi son passé, ainsi que celui (par bribes) des autres pensionnaires de Saint-Etienne. De ce fait, on découvre la raison de l’arrivée de Clara, et celles du petit groupe d’amis qu’elle se fait.
La demoiselle se lit en effet d’amitié avec un groupe de quatre garçons, ainsi qu’avec #1584. Tous les deux se font d’ailleurs quelques confidences, plus qu’avec les autres.

Clara (rebaptisée #2432) est une demoiselle un peu perdue, qui se sait innocente du crime dont on l’a accusé. En effet, elle sait que c’est son autre moitié, Carla, qui est responsable. Mais elle ne peut pas parler d’elle, car qui comprendrait qu’une autre personne vit dans son esprit ? Personne, et c’est justement pour cela qu’elle se retrouve dans un asile.
Clara est quelqu’un de plutôt doux et quelque peu passive qui est dépassée par les évènements et ne sait pas comment agir. Elle ne souhaite qu’une chose, retrouver sa liberté. Bien qu’on l’ait déclaré folle, elle est pourtant globalement saine d’esprit, même si cet enfermement n’a pas de bonnes répercussions sur elle.
A l’inverse, Carla est agressive, violente et, même si elle n’est qu’une voix, elle a tout de même la place d’un personne à part entière dans le récit, ce que je trouve vraiment génial. C’est en effet très bien fait, Carla prenant même par moment le contrôle du corps de Clara.
Les autres personnages, majoritairement des garçons, sont tous différents, ont des caractères variés. Ainsi, #1480 est plutôt timide et s’attache vite à Clara, #2022 est un idiot qui blague assez souvent. #1696 et #1852 sont un petit peu plus en retrait, même s’ils font partie du groupe de 4 amis que forment ces 4 garçons.
Et puis, il y a #1584, le mystérieux jeune homme qui se lie à Clara et en vient à lui faire des confidences, même s’il reste prudent.
Enfin, il y a les personnages secondaires, dont certains prennent de l’importance au fil des pages (par exemple #2434), ou encore une vraie brute très antipathique. Je précise que petit à petit, on va apprendre les noms qui se cachent derrière les numéros de quelques personnages, mais je ne vous les dévoile pas. Et il y a les gardiens, le concierge, et les divers membres de l’administration et de la gestion de cet endroit malsain.

La plume de Jennifer est très plaisante à lire. Elle va en effet à l’essentiel, nous décrivant ce qui est pertinent et ne plombant donc pas le récit sous un amas d’informations pas forcément utiles. De plus, elle a su rendre avec brio l’ambiance glaçante de cet hôpital, ainsi que la peur et la sensation d’emprisonnement ressenties par Clara.
On vit vraiment tous les évènements à ses côtés, et c’est d’autant plus plaisant je trouve. Les pages défilent rapidement et personnellement j’en redemande à la fin (c’est un roman que je relirais assez souvent du coup).

J’aime beaucoup l’univers et l’ambiance, ainsi que l’originalité de ce récit. C’est tout à fait le genre de ce que j’aime lire et que j’apprécie grandement : un texte trouble, étrange qui prend aux tripes et m’envoûte de par les émotions transmises et de par l’histoire en elle-même.

Bref, je vais arrêter là les bavardages, vous aurez compris je pense que je suis fan de ce roman. Ainsi, je ne peux que le conseiller, que vous aimiez ce genre ou non.

Karine N.

10 commentaires:

  1. Il a l'air assez spéciale mais pourquoi pas ? En plus, le prix est très accessibles =) Je ne manque pas de le noter ! Merci pour cette découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est spécial, certes, mais je trouve que ça reste abordable à ceux qui ne seraient pas habitués à ce genre de livre.
      De rien, c'est un plaisir :)

      Supprimer
  2. Mince, je serais bien tentée de le lire, tu crois que l'auteur accepterait un nouveau partenariat ??

    RépondreSupprimer
  3. Wow ce livre à l'air génial, ça me donne vraiment envie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie qu'il t'intéresse. C'est un super roman.

      Supprimer
  4. Le principe me tente pas mal. Alors pourquoi pas, je me lancerais peut être dans cette lecture un jour. Pour l'instant il va aller rejoindre ma Wish ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) ravie que ce roman te tente. Il est vraiment très bien.

      Supprimer